HEIKURA NUI

THÈME : L’apostasie

La définition retenue par le groupe Heikura Nui pour le Heiva 2018 sera essentiellement axée sur le reniement de la foi chrétienne mais également sur le détournement d’une croyance traditionnelle, celle des aitu* d’alors. C’est un délaissement total et douloureux combiné à de la crainte et de l’incompréhension. Se rajoute à la foi le système, le temps qui fuit et avec lui les traditions authentiques d’un peuple.

Ce choix de cesser de croire en un Dieu aimant et miséricordieux est intervenu suite à la perte soudaine d’un être cher. Dans ces moments inattendus, remplis de souffrance et d’inacceptation, on se demande où est ce Dieu supposé consoler les cœurs lourds et affligés. On crie sa douleur, on en veut au monde entier et surtout à soi-même de n’avoir pas anticipé ni vu arriver ce qui inévitablement arriva.

Le deuxième rejet que l’on retiendra du thème est basé sur le refus d’accepter la perversion des us et coutumes mā’ohi au profit de l’évolution culturelle. Le temps, fidèle à lui-même, emprunte la même voie vers sa destination finale et dérobe l’authenticité de toutes choses. Le peuple supposé garder cette conformité oublie et le système politique d’une volonté culturelle tend vers cet oubli ou cautionne cette disparition. 

Naturellement, nous avons voulu nous focaliser sur l’être cher parti trop tôt, car c’est la base de toute cette souffrance. Aussi un sous-thème titré « Te tama i te ra’i ’e te fenua », « l’enfant du ciel et de la terre », vient éclairer les quatre parties du spectacle. Les quatre haltes correspondent aux étapes de sa vie sur terre. Enfant, jeune homme, adulte et aujourd’hui. Mais parce qu’il n’est plus, c’est son père qui remplace cette partie d’aujourd’hui. Alors que la deuxième raison est ancrée amèrement et profondément en chacun. Et plus que jamais, pour cette dernière, la perversion doit être éradiquée immédiatement.

*Dieu ou déesse (fare vāna’a)

Auteur du thème : Yesta HEUEA