NUNA’A E HAU

THÈME : PEUPLE ET NATION.

Selon une légende recueillie par le pasteur Orsmond auprès du Roi Pomare II peu avant sa mort en 1821, Tahiti aurait été le vivier à poissons de Raiatea. L’allégorie de Tahiti le Poisson fait référence à une période où le peuple manahune était sous la domination de Raiatea. Les Grand prêtres de Opoa exigeaient leur tribu de victimes sacrificielles pour leurs marae. Ces victimes furent appelées symboliquement « les poissons aux longues jambes ».
Mais vint le temps de la révolte pour Tahiti. La légende raconte qu’une jeune femme nommée Terehë viola les interdits imposés par les prêtres de Opo pendant une période du « rahui » (restriction sévère et sacrée) en allant se baigner dans une rivière. Les dieux en colère la frappèrent d’épilepsie et elle se noya.

Son corps sans vie flottait sous la surface de l’eau, mais son esprit vivait. D’un trou de source, Tuna – un poisson-anguille gigantesque – remonta et avala Terehë. Tuna fut alors possédé par l’esprit de révolte de Terehë qui, se frayant un passage dans les profondeurs de la Terre se dirigea vers l’est, région symbolique d’où la lumière émergeait chaque jour. Le Poisson Tahiti s’était enfin libéré de l’emprise de Raiatea, et le peuple savourait sa liberté retrouvée.
Mais pas pour longtemps. Car les dieux rancuniers envoyèrent Tafa’i, dont le nom signifiait « Agir pour trancher », afin de couper les tendons du poisson pour l‘immobiliser. C’est ainsi, selon la version généralement admise, que Tahiti se stabilisa….pour toujours.

Mais comme le dit notre conteuse, la récitante Haerepö Terehë a Parauhuna, il y a une histoire dans l’histoire, une parole cachée dans la parole.

Pour Terehë a Paraurahi , le destin, la réalisation de Tahiti se trouve toujours au-delà de l’horizon, là-bas vers l’est, d’où la lumière émerge toujours. Les coups portés par Tafaì pour empêcher Tahiti de se réaliser peuvent être comparés aux aléas de d’histoire : Tahiti était un royaume – nation libre sous Pomare II, quand le Protectorat fut imposé à la Reine Pomare IV en 1842 , et quand Pomare V le fils de cette dernière « remit ses états pour toujours » à la France.
La vision de Terehë Parauhuna, celle qui possède la parole cachée, fait la seconde partie du spectacle du groupe Nunaa e Hau. Tahiti doit se relever et marcher de nouveau vers l’est, là où elle sera de nouveau Peuple et Nation….. libre.

Il est à noter que le nom de Terehë est lui même allégorique puisqu’il signifie d’abord « Mission dévoyée » – selon l’appréciation de Raiatea – mais veut dire également « Mission confiée à la Chenille » qui, alors, se transformera en papillon. En quelque sorte, Terehë est une métaphore du « Tahiti poisson aux longues jambes » qui d’abord chenille deviendra Papillon… symbole de liberté.
Mais l’orateur Terehë à Parauhuna – Terehë qui possède la parole cachée, va encore plus loin : Terehë est l’allégorie de Tahiti même, de même qu’elle sera la tête du Peuple.
C’est ainsi que la prophétie sera réalisée : Peuple et Nation.