PAPARA TO’U FENUA

THÈME : APE’A LE VENTRE DE MA VIE, RESIDENCE DE LA DAME PA’IHA.

Entre Vainania et Teavaro s’étend le district de Papara. A l’est, au levant, s’étend Taharuu, à l’ouest, au couchant, s’étend Tiama’o. Alors que moi, Ape’a, la voix qui prévient (porteuse de bonnes et de mauvaises nouvelles), je suis au centre, dans la subdivision de « TETIA », appelée Vaitiare aujourd’hui.

Voici ma légende

La montagne qui domine est Te-Ara-Tapu, la route sacrée. Le terrain de réunion est Hotu-Maru, qui donne de l’ombre. La pointe est « Tau ê » (saison différente). Les marae sont « Mata-oa » (yeux réjouis) et « Mata-Rehu « (yeux gris). Les rivières sont « Vai-Poea » (eau écumeuse) et « Mâ-te-oro » (propre guerrier). La maison « Ariiori » était « TEREHE » (deux armées en présence). Les passes sont « Rairoa » (ciel long) et « To’a-Piro » (odeur puante).
Autrefois, de nombreux guerriers vivaient à Ape’a. Ape’a était la base des guerriers (les anciens, les présents et les futurs), et de la diffusion des nouvelles. Le grand tambour du guerrier se trouvait à Ape’a, il en était de même pour le tambour aux longs battements, le tari-parau porteur de messages et les Toere.

Lorsque ces instruments résonnaient, le peuple de Papara se rassemblait à Ape’a, y compris les deux extrêmes du district. Le peuple reconnaissait bien aux sons des tambours, le sens de chaque message. Il y avait différents messages.
– La terre et la mer sont généreuses en beaucoup de choses.
– « lève-toi peuple, libérons l’amour enfermé dans nos mains, je te tiens, tu me tiens, allons ensemble à « Te-One-Tere » (le sable qui glisse)
– L’ennemi arrive par la passe de « To’a-Piro »
– « Message du grand guerrier « Tû-Tara-Ua », unissons-nous pour sauver notre patrimoine afin qu’il ne tombe pas aux mains des ennemis.

Il y avait bien d’autres messages encore.