Un festival unique pour célébrer cet anniversaire

Sous l’égide du Ministère de la Culture, nous vous convions à une nouvelle édition du Heiva i Tahiti qui promet d’être spéciale et marquante à tous points de vue.

Elle signe tout d’abord le retour des groupes de chants et danse traditionnels du Pays sur la mythique scène de To’atä. Un moment attendu par tous, artistes et spectateurs, qui pendant ces longs mois de disette culturelle ont souffert de ne pouvoir exprimer et vivre leur amour pour leur culture.

C’est aussi un moment très symbolique, puisqu’il s’agit du 140ème anniversaire de cette manifestation populaire, la plus ancienne de la région océanienne.

Pour l’occasion, pas de concours donc, mais un festival, une célébration, une réunion sous le signe de l’impatience et de l’intensité, de l’union. C’est l’esprit de ce thème, Tahiti ti’a mai, du nom d’un ‘aparima de Coco Hotahota : un message qui nous incite à avancer, à vivre notre culture et à faire perdurer nos traditions malgré les aléas du moment.

Un tel élan, de tels enjeux, ne pouvaient cependant être circonscrits à la seule scène de To’atä.

Aussi, ce festival a pour ambition de s’exporter et s’étendre, d’aller à la rencontre de la population jusque dans nos communes les plus lointaines.

Tous les établissements culturels du Pays ont également uni leurs efforts, leurs moyens, leurs archives, leur énergie pour vous offrir de belles rencontres. Au-delà des chants et danses, qui se déploieront dans les communes de Faa’a, Mahina, Teva i uta, Punaauia et Paea, une exposition est organisée au Musée de Tahiti et des îles et retrace 140 ans de festivités. En parallèle, une exposition photographique sera installée à Papeete, qui a accueilli le Tiurai puis le Heiva.

Le public a également rendez-vous avec les Tüa’ro mä’ohi, la marche sur le feu, le Heiva va’a, le Heiva rima’i, sans oublier les courses hippiques qui seront de la partie cette année encore…

Pendant plus d’un mois, le Festival Tahiti ti’a mai viendra à votre rencontre. Pendant plus d’un mois, vibrez au son de nos instruments traditionnels, plongez dans les 140 ans de notre histoire culturelle, et vivez un moment unique autour de notre culture.

Plus que jamais cette année, célébrons ensemble la beauté et la singularité de notre Heiva i Tahiti.

Les principes de ce Festival :

  • Dates : du 1er au 10 juillet à 18h00 – Cérémonie d’ouverture le 29 juin, à 18h00
  • Catégories de participation : hura (danse) et hīmene (chant)
  • Condition obligatoire de participation : le groupe doit avoir déjà participé à un Heiva dans la catégorie dans laquelle il souhaite s’inscrire.

Les groupes doivent présenter un spectacle majoritairement inédit, porté par un thème de leur choix. Cependant ils sont autorisés à intégrer dans leur spectacle des tableaux ou chants déjà présentés dans le passé.

Catégorie Hura :

  • 45 mn de prestation
  • 60 à 80 danseurs et 12 à 24 musiciens
  • 2 costumes obligatoires : végétal et un autre au choix (il n’est pas nécessaire d’avoir des costumes neufs ou inédits).

Catégorie Hīmene :

  • 15 à 20 mn de prestation
  • 60 à 80 chanteurs
  • Costumes : robe pōmare ou  māmā rū’au pour les femmes et pour les hommes des chemises à manches longues et pantalon ou tout costume traditionnel (tiputa / pareu). Il n’est pas nécessaire d’avoir des costumes neufs ou inédits.

Deux chants à interpréter :

  • Un tārava 
  • Un chant au choix parmi les suivants : rū’au, nota, tuki, patautau, ‘ute paripari. Une création avec accompagnement musical est aussi possible.

A l’issue du passage des groupes sur To’atā dans le cadre du festival, les participants en chants et danses se produiront dans différents sites autour de l’île, identifiés par TFTN.

Consultez le programme

Tahiti ti’a mai, un clip, un message

Dans l’esprit du Festival et de son nom porteur d’espoir – Tahiti ti’a mai, littéralement « Tahiti relève toi » -, le Ministère de la Culture a souhaité reprendre le ‘aparima de Coco Hotahota du même nom. Ecrit en 1983 après le passage du cyclone Veena en Polynésie, il est interprété en 1984 par Irma Prince à l’occasion d’un Heiva solidaire particulièrement chargé en émotion.

L’enregistrement de ce chant émouvant a été coordonné par le Ministère de la Culture et TNTV en partenariat avec le Conservatoire Artistique de Polynésie française. De nombreux artistes ont été réunis pour l’occasion, sur le principe du concept du mouvement Playing for change initié en 2002 et imaginé pour connecter le monde au travers de la musique.

Plus modestement, la démarche du Pays invite les Polynésiens à se réunir pour traverser ensemble les moments difficiles. Résilience et espoir sont ainsi les maîtres mots du projet, et répondent, près de 37 ans après l’interprétation de ce chant, à une autre période douloureuse pour notre fenua.

L’événement a grandi au fur et à mesure, porté par le plaisir de se retrouver et l’envie de participer. Au final, plus d’une trentaine de chanteurs de toutes les générations et plus d’une vingtaine musiciens ont participé au tournage, qui s’est tenu sur différents sites à la symbolique forte : le Musée de Tahiti et des îles, l’assemblée de la Polynésie française, le Marae Taputapuätea à Raiatea… Les professeurs du Conservatoire se sont chargés de l’écriture des arrangements, de la conception musicale et de la structure vocale de la chorale, et ont participé avec leurs élèves à l’interprétation.

Les images de nos archipels sont de Olivier Chiabodo, la chanson est suivie de l’interprétation du chant Porinetia de Bobby Holcomb.

Galerie photos du Heiva des Écoles 2020

Découvrez les plus beaux chants du Heiva 2017 !

Vous pouvez désormais accéder aux chants du livre « Les plus beaux chants du Heiva 2017 » fournit avec un mot de passe !