TAMARI’I TUHA’A PAE NŌ MAHINA

THÈME : La rencontre de l’enfant et de sa terre Nuiova 

Immense et ténébreuse fut cette nuit où Ta’aroa, demeurant solitaire dans sa coquille, erra seul dans l’espace infini.

Observant autour de lui, il fit jaillir le monde mā’ohi, la terre mā’ohi.

Et toi Amaitera’i enfant polynésien vivant à Mahina ?
Qu’en penses-tu ?

Je me pose encore la question, mais « qui suis-je ? » Ou encore « où je vais ? »
Je suis bien un enfant polynésien des îles Australes.

Les îles Australes constituent un archipel d’une superficie d’environ 152 km2, situé dans le sud de l’océan Pacifique, à proximité du tropique du Capricorne.

Elles sont cinq comme les doigts de ma main gauche.

C’est décidé, je pars à la rencontre de ma terre « Nuiova ». Je vous invite à m’accompagner dans cette aventure.

Rimatara était autrefois appelée Nuiova, elle tire son nom de la morphologie de ses hauts fonds.

Rimatara est la plus petite des îles Australes avec seulement 9 km² de superficie, et elle est située à 600 km au sud de l’île de Tahiti.

Son climat se rapproche de celui des zones tempérées, en saison fraîche, et de celui des zones tropicales, en saison chaude.

Peuplée sans doute aux alentours du 10 ème ou 11ème siècle après JC par les Polynésiens, l’île fut la dernière dans l’archipel à être découverte par les Européens en 1821.

Une dynastie de roi et de reine, les « Tamaeva » dirigeait alors la vie des habitants. Cette dynastie fut l’une des dernières à se maintenir dans les îles polynésiennes puisqu’il faut attendre le tout début du 20ième siècle et l’année 1901 pour que Rimatara cesse d’être un royaume.

La Reine Tamaeva V abandonna son pouvoir au profit de l’administration coloniale française.
Rimatara fut ainsi la dernière île de Polynésie à être annexée par la France.

Aujourd’hui, les 780 habitants de Rimatara sont répartis dans les villages de Amaru, chef-lieu de l’île, Anapoto et Mutuaura.

Les principales activités sont l’agriculture, la pêche et l’artisanat. L’île est une terre fertile pour la culture des légumes, fruits et végétaux divers.

Son artisanat est également très réputé et comme dans de nombreuses îles, la pêche tient également une place importante.

La population de l’île est dans une grande majorité de confession protestante.
Comme dans tout l’archipel, la religion tient une place capitale dans la vie des habitants.

L’île a conservé une faune et une flore riches et préservées, notamment au niveau des espèces endémiques.

Les traditions et la vie communautaire sont également fortement implantées.

Le reo rimatara est le dialecte utilisé et parlé par les habitants.

Alors, Amaiterai, enfant des Australes. Qu’en penses-tu ?

Auteur : Poema ROCHETTE