Heiva i Tahiti
« ‘Ite ha’amere ‘ore nō mua ra ‘e ‘a muri noa atu »

(Henri Hiro, Pehepehe i taù nūnaa, Toù fare au)

Te heiva i Tahiti, ’o te hō’ē ia tau faufa’a roa a’e nō te hīro’a ’e te iho tumu Mā’ohi. E tau ta’upiti teie ’o teie riro ’ei ha’apeura’a nō tō tātou nūna’a. E ’ōro’a au teie e tāhō’e nei ia tātou. Arata’ihia e te fa’atura, te nīno’a mana’o e fa’atū’atiati nei i teie fa’anahora’a, tē fa’a’ite nei tātou i tō tātou ’a’au mēhara i te mau tupuna tae noa atu i te mau rahu’a nō te tauāhemo, nō te taunei et nō te tauāmuri ’o tē ha’aparare nei’ e ’o tē ha’aparare atu i tō tātou parau i nā poro e hā o te ao nei.

Mai te 4 ē tae atu i te 20 nō tiurai, e fa’a’ite teie mau tāne ’e teie mau vahine i te hōhonura’a o tō rātou iho tumu mā’ohi mā te fa’atura atu i te tumu parau i mā’itihia e rātou iho ’aore rā i te mau parau āu’iu’i. E mea nā roto ia i te ’arori o te ’ori tahiti ānei, te mau ’āuri rau o te tārava ānei, te ’aravihi o te mau rima’ī ānei ’aore rā i e te mau tino pāutuutu o te tū’aro.

E ‘amui mai te mau rahu’a nō te tata’ura’a hīmene tumu ’e ’ori tahiti i ni’a i te tahua nō To’atā. E fa’anahora’a tia’i-maoro-hia i te roara’a o te matahiti, arata’ihia e te mau ra’atira pupu. E fa’ahanahanara’a teie nō te hīmene tumu, te ’ori, te ’ōrero, te fa’a’ōra’a i te hīro’a o terā ’e terā mata’eina’a, o terā ’e terā mata’eina’a motu tae noa atu i te a’ia’i o te fenua nei.

’Ua ’atutu te parau o teie ta’upiti nā te Moana Nui a Hiva ’e nā te ara. Nā te reira i ha’apāpū i tō tātou iho tumu mā te ha’apūhara i tō tātou ta’ere. E fa’aara i roto ia tātou iho i tō tātou ’ā’au fāri’i, auturuturu ’e te autaea’e. ’Ua pāpū ia tāua ē : “’O tāua ihoā e te Nūna’a Mā’ohi.”

Te Heiva i Tahiti, te tau teie e pāpū ai te nūna’a i te ’aravihi o te mau tāparau, te mau rohipehe, te mau rohiparau, te feiā ’ori, te feiā hīmene, te feiā rima’ī, ’e te feiā ato’a e fa’a’una’una nei i teie ’ōro’a tumu nā roto i te vauvaura’a mai i tō rātou ’aravihi, tō rātou here i tō rātou fenua, i tō rātou nūna’a, i tō rātou hīro’a tumu, noa atu te mau maumaura’a e rave rau, noa atu te mau tāfifira’a e puhā mai, noa atu te mau tapitapi e tupu mai, i fa’aoti na tō tahito ē, e ’ārue, e fa’ahanahana i te fenua nā roto i teie mau fa’anahora’a ’oa ma te ’ā’au tae.

Tē tītau-manihini atu nei au ia ‘outou ’ia haere mai e fa’a’ite i tō ‘outou tāpa’o fa’atura ‘e te ha’amāuruuru nō te ‘ohipa fa’ahiahia roa ’o tei ravehia mai e tā tātou mau pupu nō teie Heiva i Tahiti 2024. ‘Ia vai noa te tura i roto ia tātou ‘e ‘ia mau teie tu’utu’ura’a i tā tātou faufa’a tumu i te u’i hou.

‘Ia ora te Nūna’a o te Fenua Mā’ohi !’Ia ora te Hīro’a ’e te Iho Tumu Mā’ohi! ‘Ia ora te Heiva i Tahiti 2024!

Ronny TERIIPAIA

Ministre de L’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Culture

Du 4 au 20 juillet 2024

Le Heiva i Tahiti, sommet incontesté du calendrier culturel polynésien et héritage immuable de nos racines, se distingue comme l’un des festivals les plus anciens non seulement du Pacifique, mais du monde entier. Attendu avec impatience chaque année par les Polynésiens de tous les archipels, cet événement est bien plus qu’une simple festivité : il incarne une célébration authentique de notre héritage ancestral. À travers de magnifiques performances mêlant danse, musique, ‘ori Tahiti et hīmene, le Heiva i Tahiti nous invite à redécouvrir et à préserver nos coutumes les plus précieuses, offrant ainsi un hommage vibrant à notre patrimoine culturel.

Sous l’égide de Madame Éliane TEVAHITUA, Vice-présidente et Ministre de la Culture, de l’Enseignement supérieur, de l’Environnement, du Foncier et de l’Artisanat, en charge des relations avec les institutions, l’édition 2024 du Heiva i Tahiti rassemble plus d’une vingtaine de concurrents pour 6 soirées de concours. Ainsi le public pourra admirer sur la scène mythique de To’atā 10 groupes de chants traditionnels et 10 groupes de ‘ori Tahiti.

Du 4 au 20 juillet 2024, cédez à l’irrésistible appel du Heiva i Tahiti. Son écho résonne au plus profond des vallées, attirant des milliers de danseurs au rythme des pahu ; les gestes sont répétés jusqu’à l’épuisement, les mamas ajoutent les derniers coquillages aux magnifiques costumes, tandis que les chefs de groupe, les orchestres et les chorégraphes perfectionnent chaque détail des spectacles, des musiques et des chants. Les cœurs palpitent, les chanteurs respirent, prennent leur place, et les danseurs se lancent avec passion !

En danse : 10 groupes

Hura ava tau – groupes amateurs : 4 groupes

Hura tau – groupes professionnels : 6 groupes

En chant : 10 groupes

Tārava Tahiti : 3 groupes

Tārava Tuha’a Pae : 3 groupes

Tārava Raromata’i : 4 groupes

Les membres du jury du Heiva i Tahiti 2024

Chaque année, les chefs de groupes en concours, en collaboration avec Te Fare Tauhiti Nui, élisent les membres du jury du Heiva i Tahiti.

Cette année, le jury sera présidé par Matani KAINUKU, qui sera accompagnée de 8 personnalités du monde de la culture, retenues pour leurs compétences dans le domaine de la danse, du chant, de la musique et de la langue.

Jury dédié au ‘ori Tahiti

Matani KAINUKU – Président du jury

 

Président de l’association Nonahere, chorégraphe et compositeur pour le groupe de danse vainqueur du Heiva i Tahiti, Matani KAINUKU assure la Présidence du Jury pour le Hura Tapairu depuis 2004 et pour le Heiva i Tahiti. Personnalité reconnue de la Culture, il a travaillé aux cotés de Patrick AMARU, de Tane RAAPOTO, de Nöelle FAAHU-VAKI, il défend aujourd’hui tout dossier qui permet de consolider et de développer l’identité culturelle. Aujourd’hui inspecteur de l’éducation nationale, il veille au bien-être des élèves et des personnels, à la qualité des enseignements, et s’appuie sur la langue et la culture comme ascenseurs de réussite sociale et scolaire.

Heimoana METUA

Heimoana fait son premier Heiva i Tahiti à peine âgée de 14 ans, dans la troupe Hei Tiare de Taravao. Elle remonte ensuite sur la scène du Heiva dans les troupes Te Taure’a no Faa’a en 2001 et Teva i Tai en 2002. Entre temps, elle poursuit sa formation de danseuse auprès de grandes dames du ‘ori Tahiti. En 2007, elle est ra’atira et remporte le 4e prix dans la catégorie patrimoine. De 2008 à 2022 elle dirige l’école de danses Hei ‘Ori.

Il y a 7 ans, elle rejoint le jury du Heiva Taure’a et reste membre jusqu’à la 7e édition. Heimoana retrouve le jury du Heiva i Tahiti pour la 3e fois.

Makau FOSTER-DELCUVELLERIE

Née sur l’île de Haoragai au Tuamotu, Makau Foster est initiée durant son enfance, par ses parents, aux savoirs traditionnels paumotu et mangarévien, puis s’installe quelques temps à Papeete pour ses études qu’elle poursuit à Hawaï au sein de l’université BYU, où elle intègrera les spectacles du Polynesian Culturel Center. A son retour à Tahiti, elle intègrera la troupe de Coco HOTAHOTA dont elle deviendra la muse jusqu’à incarner la déesse de la danse Urataetae.

En 1988, elle crée son école de ‘ori Tahiti et participe au 1er Heiva des écoles en 1994. En 1999, elle participe au Tiurai, avec son groupe

Tamariki Poerani et remporte le 1er prix en catégorie amateur. Par la

suite, elle participe à plusieurs Heiva i Tahiti en catégorie hura tau, où elle remporte de nombreux prix : meilleur danseur, meilleure danseuse, meilleur ra’atira, meilleure composition, meilleur grand costume, meilleur ‘ūtē ‘ārearea, meilleur ‘ōte’a, meilleur ‘aparima, jusqu’au titre suprême de grand prix du Heiva i Tahiti en 2017. Cette même année, elle remportera aussi le grand prix du Hura Tapairu, celui de meilleur ‘ōte’a, meilleur ‘aparima, meilleur ‘ōte’a ‘apipiti, meilleur rutu a pahu.

Parallèlement à ses activités au sein de son école, Makau a été plusieurs fois membres du jury du Heiva i Tahiti et d’autres concours de ‘ori Tahiti localement et à l’international. A l’instar de son mentor Coco HOTAHOTA elle souhaite transmettre l’amour qu’elle a pour son pays et l’humilité que nous devons avoir face à toute cette beauté et toute cette grâce qui nous entoure.

Jean-Marie BIRET

Enseignant spécialisé, Jean-Marie BIRET a appris à danser auprès de danseurs de renom comme Teve, Vanina et Mamie Louise. Il a dansé au sein des groupes Ia Ora Tahiti, Tamari’i Papara et O Tahiti E avant de créer un premier groupe, Te Muriavai, puis sa troupe actuelle, Manahau Tahiti, pour laquelle il est auteur, compositeur et chorégraphe.

Chevalier de l’ordre des arts et des lettres, Jean-Marie a également reçu le Prix d’excellence au sein de « Global Indigenous Peoples Performing Arts Festival » à Taiwan, labélisé “Meilleur groupe de France” au sein du CIOFF France.
C’est la 4e fois qu’il est membre du jury du Heiva i Tahiti.

Jury dédié au hīmene tumu

Mike TEISSIER – Vice-président du jury

Jeune chef, auteur et compositeur du pupu hīmene « Reo Papara », c’est à l’âge de 11 ans, qu’il tombe dans le bain des hīmene en accompagnant ses tantes et ses cousines -chanteuses confirmées – lors des répétitions du groupe de chant des Tamari’i PAPARA. Il est initié à l’art du hīmene par les deux derniers ti’ati’a hīmene de l’époque Daniel TEPA et Robert PERETIA auprès desquels il fourbira ses armes avant de reprendre le flambeau en 2015.

Plus tard avec quelques éléments du groupe de Tamari’i Papara et durant plusieurs années, il se formera aux différentes voix du tārava Tahiti en participant avec différents groupes de chants polyphonique de la côte ouest : à Papeari avec Vaiari Nui et Te Pare O Tahiti Nui Aea de Pueu.

Il a aussi œuvré auprès de Mama IOPA, ra’atira reconnue dans le monde du hīmene, professeur de chants polyphonique du Conservatoire Artistique de la Polynésie Française, avec laquelle, il découvrira et expérimentera les hīmene traditionnels des Raromata’i et des îles Australes.

Mike TEISSIER, collaborera aussi avec plusieurs pupu ori : Toakura, Tahiti Ia Rurutu Noa, Ori I Tahiti, et écrira en 2019 pour le groupe de danse TERE ‘ORI, qui remportera le Prix Hura Ava Tau avec son thème : Hoturoa, Te ‘Aepau A Tainui.

Dayna TAVAEARII

Dayna a eu reçu une véritable richesse de la part de ses parents et de l’église protestante Mā’ohi. Par la suite le chant est devenu sa passion. Elle participe à son premier Tiurai à Vai’ete en 1995. 1er Prix danse Ahutoru Nui et 3e Prix ‘ūtē paripari. En 1997, elle mène un pupu hīmene composé de 2 000 choristes et musiciens pour célébrer les 200 ans de l’arrivée de l’évangile au stade Pater. Dayna est directrice de l’école de hīmene « Pū Taru’u », située à Arue, depuis septembre 2023. Elle a également été membre du comité de refonte du règlement du Heiva i Tahiti et a été jury au Heiva i Tahiti en 2012, 2015 et 2022. Cette année c’est donc la 4e fois qu’elle intègre le jury du Heiva i Tahiti.

Timiri HATITIO

Timiri est membre du jury dédié aux chants traditionnels des Îles Australes (Na Hiro E Pae). Elle a débuté au sein de sa paroisse protestante Mā’ohi respective. Puis en 2005, elle a été nommée Présidente du groupe de chants « Tupu-Au » qui est monté pour la première fois sur la scène du Heiva i Tahiti. « Tupu-Au » était un groupe de personnes venu de Rimatara et qui vivent actuellement sur Tahiti, dans la commune de Papara.

De 2017 à 2022, elle devient responsable et membre du nouveau groupe de chants nommé « Tamanui Apatoa No Papara » toujours composé des personnes originaires des Australes.

En 2019, le groupe remporte le premier prix en hīmene tārava, en hīmene rū’au et aussi la plus belle tenue.

Jury dédié aux compositions de musiques et de chants

Poehei TEMAIANA

Grâce à ses parents, qui dirigeaient le groupe Feti’a dans les années 70, Poehei baigne dans le milieu de la musique traditionnelle depuis sa plus tendre enfance.

De 1992 à 2004, il évolue au sein de la troupe Ahutoru Nui dans la commune d’Arue. Il considère ces moments comme une véritable formation, auprès de personnes de valeur telles que Manu TETAUUPU, Tautu CHAN dit Petit, Teahi GANAHOA alias Papa Siki ou Henri HEIMANU alias Bozo. Il est présent au lancement de la troupe Hitireva dans laquelle il devient chef d’orchestre au côté de Kehaulani CHANQUY de 2006 à 2011.

Poehei dirige aujourd’hui l’école de percussions traditionnelles Arata’i, créée par son défunt père, le célèbre Papi Teupoo. Poehei partage ainsi avec les plus jeunes sa passion pour les percussions et la musique polynésienne.

Il est membre du Jury Heiva i Tahiti pour la 5ème fois.

Jury dédié à l’écriture

Vaihere POHUE-CADOUSTEAU

Vaihere POHUE-CADOUSTEAU découvre la danse, l’art oratoire et des cours de culture polynésienne au sein du Conservatoire Artistique de Polynésie française et dans la troupe Temaeva de Coco HOTAHOTA. Après un cursus de 7 ans auprès de Louise KIMITETE, Vanina EHU, Raphaël TEHIVA et Fabien DINARD, Vaihere obtient sa médaille d’or de danse en 2002.

Une autre grande étape de sa vie artistique sera en tant qu’auteure et conseillère auprès de la troupe de danse Tamari’i Tipaerui, dirigée par son frère John CADOUSTEAU de 2004 à 2016. En 2009, elle obtient le prix du meilleur auteur du Heiva i Tahiti, puis un prix spécial d’écriture au Hura Tapairu la même année et un autre prix d’écriture au Hura Tapairu 2018.

Professeure certifiée de lettre modernes depuis 19 ans au collège Louise Tehea CARLSON et référente culture, c’est la 6e fois que Vaihere est membre du jury du Heiva i Tahiti.

Le programme des soirées!

La billetterie

Mercredi 17 juillet : remise des prix

Entrée libre avec ticket à récupérer au guichet de Te Fare Tauhiti Nui

Ouverture de la billetterie POUR LES SOIRÉES DE CONCOURS :

 sur place et en ligne sur www.heiva.org à partir du : mercredi 15 mai, à 9h00.

Ouverture de la billetterie POUR LES SOIRÉES DES PODIUMS :

 sur place et en ligne sur www.heiva.org à partir du : mardi 28 mai, à 9h00.

Sur place : billetterie dans le hall du Grand Théâtre ouverte du lundi au jeudi de 8h00 à 17h00, le vendredi de 8h00 à 16h00 et les soirs de spectacle : 1h30 avant le début de la soirée.

Renseignements :

Pages Facebook : Heiva i Tahiti Officiel et Maison de la Culture de Tahiti

Téléphone : 40 544 544

Tribunes populaires : comme chaque année, un lot de places est accessible gratuitement dans chaque tribune latérale pour toutes les soirées de concours. Ces places sont attribuées

Les trophées

Réalisés par les Ateliers PROKOP, les trophées du Heiva i Tahiti sont de véritables œuvres d’arts, pleines de sens et de valeurs.

 

Accomplis autour du unu, objet sacré, tapu, les 37 trophées tant convoités par les artistes représentent nos racines ancestrales, la nature qui nous entoure, la Terre qui nous nourrit ou encore le mana et ses bienfaits spirituels.

Règlements des concours

Le dossier de presse

Téléchargez le dossier de presse complet:

1/3      2/3      3/3

(comprenant également toutes les opérations liées au Heiva i Tahiti)